Extrait de l'oeuvre de Vassula " La vraie vie en Dieu",
© Copyright Vassula Rydén
Distribution : Editions du Parvis, CH-1648 Hauteville / Suisse
cahier précédent
← ←  table d'ensemble
Mise en page :     97.12.14 18:30
Association La Vraie Vie en Dieu
tlig-ch@tlig.org
cahier suivant

 

 

La Vraie Vie en Dieu - CAHIERS 1 à 6

 

 

Bangladesh, 20 septembre 1986

 

- La Paix soit avec toi.

- Puis-je être avec Toi ?

- Oui, tu es avec Moi ; Je suis la Lumière.

- Puis-je être près de Toi ?

- Tu es près de Moi, tu es en Moi ; Je suis la Lumière.

- Peux-Tu m'abriter ?

- Tu es abritée par Moi.

- Puis-je m'appuyer sur Toi ?

- Tu peux t'appuyer sur Moi.

- J'ai besoin de Ta Force pour soutenir ma foi.

- La Force t'est donnée.

- J'ai besoin de Ton Amour.

- Tu es aimée de Moi.

Je suis la Lumière et Je brille pour que tous voient.

N'aie pas peur.

Mon Chemin est droit, Mon Chemin te conduira à Moi.

Je te rencontrerai et tu Me reconnaîtras car Je rayonne la Paix et l'Amour.

Viens à Moi.

Me vois-tu ? M'entends-tu ? N'aie pas peur, ne reste pas ainsi dans l'obscurité. Vois, tes membres sont guéris 1, tu peux à nouveau marcher. Vois, ta vue est revenue. Je t'ai guérie. J'ai guéri ta honte et J'ai lavé tes péchés. Utilise tes jambes pour marcher vers Moi, tes yeux pour Me voir, ta foi pour Me rencontrer.

Je suis ton Rédempteur, Je suis ta Paix. Moi Jésus, Je vous aime tous !

 

21 au 23 septembre 1986   (cahier 2) ]

 

 

27 septembre 1986

 

- La Paix soit avec toi.

Vassula, viens à Moi. Je suis ton Rédempteur, ta Paix. J'ai vécu sur la terre, en chair parmi vous. Je suis le Fils Engendré de Dieu.

Viens à Moi et pose ta tête sur Moi. Je suis ton Consolateur. Quand tu te sens malheureuse, rappelle-toi que Je suis près de toi.

Récite cette prière avec Moi :

Aide-moi, Père,
et conduis-moi vers Tes pâturages de repos,
où coule l'eau pure éternelle ;
sois ma Lumière pour me montrer le Chemin ;
avec Toi, à Tes côtés je marcherai ;
avec Toi pour m'illuminer je parlerai ;
Père Bien-Aimé,
demeure en moi pour me donner la Paix
et pour me faire sentir Ton Amour ;
Je Te suivrai dans Tes pas ;
avec Toi je demeurerai :
illumine-moi, aime-moi,
sois avec moi maintenant et pour toujours.
Amen.

(Jésus était venu m'enseigner cette prière.)

 

 

28 septembre 1986

 

(Aujourd'hui Jésus m'a donné une image très nette de moi-même - une vision intérieure - où j'étais perdue, entourée de marécages, isolée et l'esprit égaré. Parmi les arbres desséchés, j'ai reconnu Jésus qui me cherchait.)

- Je suis ici ; c'est Moi Jésus ; Je t'ai retrouvée. Viens ; permets-Moi de te montrer le chemin du retour. Ecoute-Moi : Moi Jésus, Je suis le Chemin. Chaque fois que tu te sens perdue, appelle-Moi ; Je viendrai à toi et Je te montrerai le chemin. Je Suis le Chemin.

 

 

30 septembre 1986

 

- La Paix soit avec toi, Ma fille.

- S'il Te plaît, Jésus, donne-moi la lumière pour que je puisse Te sentir et écrire.

- Vassula, rabâchage signifie que l'invocation est dépourvue de conviction.

 

(J'ai compris mon erreur. J'avais demandé à Jésus cette faveur sans amour, sans réfléchir, sans vraiment la ressentir. Je l'ai à nouveau demandée, mais en pensant cette fois sincèrement chaque mot, en élevant mon âme vers Lui. La prière n'a de sens que si elle vient du coeur.)

- Exprime-toi toujours en Me sentant comme tu viens de le faire. Moi Dieu, Je sens, Je sens tout ! De ton appel, Je dois recevoir de l'amour du plus profond de ton âme, Me désirant, M'aimant, pensant chaque mot que tu dis. Moi Dieu, J'existe et Je sens tout ! Toute prière rabâchée peut aussi bien rester ensevelie. Les rabâchages sont des résonances de tombeaux. Rappelle-toi, J'existe et Je sens. Je désire que tous Mes enfants travaillent à Me donner de la joie !

 

4 et 5 octobre 1986   (cahier 2) ]

 

 

 

5 octobre 1986

 

(Je suis en train de lire un livre dans lequel des gens — comme moi — racontent leurs expériences de Dieu. Et la plupart d'entre eux disent avoir été découragés par des experts qui leur démontraient leur erreur en établissant que seules des âmes particulièrement élevées peuvent expérimenter de telles rencontres avec Dieu. Tout le livre explique bien que pour arriver à Dieu, il faut être saint. Alors, moi qui — et de loin — ne le suis pas, moi dont l'âme n'est pas très élevée, je décide de mettre un terme à ces rencontres avec Dieu et de ne plus écrire. J'abandonne donc, et je vais laisser cette "force" qui a poussé ma main pendant des mois la guider pour la dernière fois.)

 

- Vassula, ne Me quitte pas. Bien-aimée, appelle-Moi et apprends avec Moi. Rappelle-toi : Je suis toujours près de toi. Moi Dieu, Je vis en toi. Crois-Moi : Je suis le Dieu Tout-Puissant, le Dieu Eternel.

- Non ! Ce n'est pas possible ! Ce ne peut être Dieu. Ceux qui savent me prouveront que ce n'est pas Dieu. Seules des âmes très élevées et pures, dignes de Dieu, peuvent recevoir de telles grâces !

- Je ne suis pas hors d'atteinte ! Vassula, Je ne rejette personne. Je blâme tous ceux qui déconseillent à Mes enfants les réconforts que Je leur donne pour qu'ils viennent à Moi. Celui qui enseigne qu'il faut être pur ou digne pour pouvoir être avec Moi ou être accepté par Moi, celui-là nuit à Mon Eglise. Tout homme qui M'a rencontré, mais qui est découragé par d'autres, Moi qui suis la Force Infinie, Je le soutiendrai en lui donnant Ma Force.

Pourquoi, pourquoi ai-Je des hommes qui se disent experts, jugeant si c'est Moi ou non, M'interdisant toute initiative et laissant Mes enfants déçus, sans consolation ni secours ; des hommes qui ne tiennent aucun compte de Mes Grâces et qui M'arrachent Mes enfants. Pourquoi toutes Mes Bénédictions sont-elles rejetées ? Je suis Richesse Infinie.

Ma fille, quand enfin tu M'as trouvé, J'ai été rempli de joie. J'ai été attentif à ne pas t'effrayer, Je Me suis montré aussi doux qu'une mère envers son enfant. Je t'ai laissé M'approcher, et J'ai été rempli de joie de t'avoir appelée et rencontrée, de t'avoir près de Moi, et de partager tout ce que J'ai, Ma bien-aimée. Et maintenant, tu viens Me dire que tu penses Me quitter, parce que Moi Dieu, Je serais impossible à atteindre, que tu as été informée que seules des âmes dignes peuvent M'atteindre, et que tu n'as pas les qualités requises !

Je ne repousse jamais aucune âme. J'offre Mes Grâces même aux plus misérables. Réjouis-Moi et rencontre-Moi par cette voie. Je te bénis, Ma fille. Je te guide, tu te nourris de Moi. Vassula, aujourd'hui, lis dans la Bible le premier épître de Pierre ; lis attentivement, ensuite Je te l'expliquerai. Lis le premier chapitre. Vis avec foi. Pierre enseigne à avoir la foi.

 

(Jésus m'a fait comprendre que par la foi, nous pouvons déplacer des montagnes. Il faut croire aveuglément.)

 

8 et  9 octobre 1986   (cahier 2) ]

 

 

10 octobre 1986

 

- Je suis la Lumière. Moi Jésus, Je veux t'avertir : ne tombe jamais dans les pièges tendus par le Malin ; ne crois jamais à aucun message qui te donne de l'inquiétude. Comprends bien pourquoi le Malin fait tout pour t'arrêter. Ma fille, tout message qui condamne Ma révélation vient du Malin. Il essaiera encore de te décourager et de t'arrêter. Moi qui suis ton Sauveur, Je te confirme que tous les messages qui portent des appels d'amour et de paix pour aider ceux qui sont perdus à retrouver leur chemin vers Moi sont tous du Père et de Moi. Alors ne te décourage pas, aie foi en Moi. Rappelle-toi, ne crois à aucun message qui laisserait ton coeur inquiet. Je suis Paix et tu dois te sentir en paix.

 

11 et 12 octobre 1986   (cahier 2) ]

 

 

12 octobre 1986

 

- La Paix soit avec toi. La Lumière te guide, bien-aimée. Vis en Paix.

- Je veux Te dire que je me sentais en paix et à mon aise avec Dan.

(J'avais la nostalgie de Daniel, mon ange.)

- Laisse-le, car il n'est que Mon serviteur. Moi, Je suis ton Créateur, le Dieu Tout-Puissant.

- Je tiens à Te dire que j'étais en paix avec Dan et que je l'aime.

- Je sais. Laisse-le.

- Il m'a dit une fois : " Aucun homme n'a jamais aimé son ange autant que toi ", n'est-ce pas ?

- Oui.

- Le pensait-il vraiment ?

- Il le pensait. Laisse-le maintenant et sois avec Moi.

Pose ta tête sur Moi, sens combien Je t'aime. Tu es Ma fille, Je suis ton Père Céleste et Je te bénis. Tu es Mienne. Je suis Yahvé et Je ne laisserai personne te faire du mal.

Ecoute-Moi : Je t'ai regardé grandir depuis ta tendre enfance. Je t'ai tenue près de Moi et t'ai trouvée agréable à Mes Yeux. Je t'ai regardé grandir comme les fleurs sauvages que J'ai créées. Mon Coeur était rempli de joie de te regarder vivre dans Ma Lumière. Je demeurais près de toi. Mon bourgeon avait commencé à fleurir. Tu étais arrivée à l'époque d'être aimée. Je sentais ton parfum et tu faisais Mes délices. Je sentais ton coeur et te bénissais, Je lisais tes désirs et J'aimais les sentir. Je demeurais près de toi pour t'aider à conserver ta beauté. J'ai vu que tu avais fleuri, Je t'ai alors appelée, mais tu ne M'as pas écouté. Je t'ai encore appelée, mais tu M'as ignoré. Tu venais Me voir de temps en temps et Mon Coeur Se réjouissait de te voir. Ces quelques fois où tu es venue 2, J'étais rempli de joie. Je savais que tu étais Mienne, mais tu semblais M'avoir oublié. Tu n'as même jamais senti que J'étais près de toi.

Les années ont passé, ton parfum t'a quittée. Exposées aux vents âpres de l'hiver, tes feuilles ont commencé à tomber, ta tête s'est courbée et tes pétales ont perdu leur fraîcheur veloutée et leur beauté. Le soleil a commencé à te flétrir, tes sentiments se sont endurcis. Entends-Moi, Je te regardais avec pitié. Je n'ai pas pu le supporter plus longtemps. Je t'ai souvent approchée et t'ai sentie, mais tu t'étais trop éloignée, tu ne pouvais pas Me reconnaître. Tu ne reconnaissais plus Celui qui S'était penché sur toi, t'avait étreinte et t'appelait par ton nom. Je pleurais ta beauté disparue, de voir que J'avais étreint dans Mes Bras un enfant misérable, déplorable à regarder. Ta vue faisait pleurer Mon Coeur, car Je pouvais encore voir dans tes yeux une faible lueur d'amour, l'amour que tu avais eu autrefois pour Moi dans ta jeunesse.

Je t'ai élevée à Moi, tes petites mains se sont agrippées à Moi. Je Me suis senti soulagé de voir Mon enfant qui avait besoin de Moi. Je t'ai ramenée à la maison et avec tout Mon Amour, Je t'ai guérie. Je t'ai donné de l'eau pour apaiser ta soif. Je t'ai nourrie et Je t'ai fait doucement recouvrer la santé. Je suis Celui qui te guérit, Je suis ton Rédempteur, Je le serai toujours, Je ne t'abandonnerai jamais, Je t'aime. Moi Dieu, Je ne te laisserai jamais à nouveau t'égarer. Fais-Moi plaisir maintenant en demeurant avec Moi. Je t'ai ranimée, bien-aimée, appuie-toi sur Moi, tourne-toi vers Moi et regarde-Moi. Je suis Dieu, ton Père Céleste. Comprends pourquoi Je suis avec toi. Moi Dieu, Je ferai de même avec tous Mes autres fils et filles, car vous êtes tous Miens. Je ne les abandonnerai pas à flétrir au soleil. Je les protégerai, Je les restaurerai. Je n'attendrai pas de voir leurs feuilles se disperser, Je n'attendrai pas de vous voir assoiffés. Rappelle-toi, Moi Dieu, Je vous aime tous. Je vous réunirai tous.

 

14 et 15 octobre 1986   (cahier 2) ]

 

 

16 octobre 1986

- La Paix soit avec toi. Bien-aimée, repose-toi. Ne te fatigue pas davantage ; Je sens comme tu t'épuises.

- J'ai senti Ta Présence. As-Tu intensifié Ta Présence, Jésus ?

- Oui, J'ai intensifié Ma Présence pour que tu comprennes, Vassula. Je connais bien ta capacité.

 

(Ce jour-là j'étais particulièrement fatiguée mais je ne pouvais arrêter de lire et de travailler. J'ai senti la Présence de Jésus partout. Il essayait de me dire quelque chose.)

 

21 octobre 1986   (cahier 2) ]

 

 

22 octobre 1986

 

- Moi Dieu, Je Me délecte de t'avoir auprès de Moi. Je t'aime, Ma fille. Aie foi en Moi. Dans moins de deux mois, tu M'entendras distinctement 3. Je te donnerai le soutien que tu veux. Mon Dessein est de te guider. Tu feras énormément de progrès en moins de deux mois, car telle est Ma Volonté. Je suis ton Maître. Tous Mes Enseignements éclaireront ton âme. Demeure près de Moi. Vassula, chaque fois que tu te sens malheureuse, viens à Moi et Je te consolerai car tu es Ma bien-aimée. Je ne veux voir aucun de Mes enfants malheureux ; ils doivent venir à Moi et Je les consolerai.

 

 

23 octobre 1986

 

- Vassula, quelle maison a le plus besoin de toi ? J'aimerais que tu choisisses.

- Jésus, si Tu me demandes laquelle est la plus importante, c'est bien sûr la Tienne, et s'il me faut choisir, je choisis Ta Maison.

- Je te bénis.

(Jésus paraissait si heureux !)

- Je te guiderai, petite. Viens, prends avec toi Ma Croix et suis-Moi. Rappelle-toi, Je t'aiderai, tu seras Mon disciple. Je t'aiderai à Me révéler. Je suis Saint. Je suis Saint, alors sois sainte, vis en sainteté. Je te donnerai Mon soutien.

Vassula, veux-tu travailler pour Moi ?

- Nomme-Toi de nouveau.

- Jésus-Christ.

- Oui, je travaillerai pour Toi.

- Je t'aime, appelle-Moi quand tu le désires.

(J'avais accepté sans vraiment comprendre ce que veut dire travailler pour Dieu. Mais puisque je L'aime, je voulais Lui faire plaisir, sans songer à mon incapacité !)

- Ecoute-Moi. Ecoute Mes appels, écoute Mes cris. Vois-tu Ma Croix ? C'est Moi Jésus qui te donne cette vision. J'appelle, Je souffre parce que Je vous compte, Mes bien-aimés, et Je vous vois dispersés et ignorants des dangers que le démon vous a préparés. Mon Coeur Se déchire de vous voir si éloignés de Moi !

 

(Pendant un mois, Jésus m'a donné des visions de Sa Croix. Où que je tourne la tête, dans quelque direction que ce soit, une grande Croix sombre se dressait devant moi. Quand je levais les yeux de mon assiette pendant mes repas, elle était là. Quand je regardais à travers ma moustiquaire, encore la Croix. Quand je me déplaçais d'une pièce à une autre, la Croix me suivait et elle était toujours là. Pendant un mois, c'était comme si elle me poursuivait.

Ensuite une autre chose a commencé à me hanter : tout ce qui m'arrivait ne provenait peut-être pas de Dieu. Si c'était le démon, aurait-il été stupide au point de m'avoir convertie ? Je commençais à avoir peur de ce qu'on dirait de tout cela. Que m'arrivera-t-il ? On se moquera de moi !)

 

- Ma fille ! Ma fille, vis en Paix !

(Je me suis méfiée.)

- Qui est-ce ?

- C'est Moi, Jésus. Demeure près de Moi. Je t'ai appelée pendant des années ; Je voulais que tu M'aimes, Vassula...

- Jésus, quand m'as-Tu appelée pour la première fois ?

- C'était à l'époque où tu allais partir pour le Liban. Je t'ai appelée dans ton sommeil. Tu M'as vu. Te rappelles-tu comment Je t'ai attirée à Moi, en t'appelant ?

- Oui, je m'en souviens ; j'avais peut-être dix ans ; j'avais eu peur de Ta Force qui m'attirait. C'était comme un grand courant, comme un grand aimant en attirant un petit. J'avais essayé de résister et de m'éloigner, mais je n'ai pas pu le faire et me suis trouvée toute contre Toi, alors je me suis réveillée.

(J'ai trouvé étrange que Jésus me rappelle ce rêve et plus étrange encore le fait que je m'en souvienne !)

 

26 octobre au 2 novembre 1986   (cahier 3) ]

 

 

9 novembre 1986

 

- La Paix soit avec toi. Je suis là. Je suis Jésus-Christ. Je suis devant toi. Je suis ton Maître et Je t'aime. Le Mal a été vaincu par Mon propre Sacrifice. Ne dormez pas, car Je viens bientôt. Je suis la Révélation. J'ai des nouvelles qui parleront. Parle-Moi de Ma Crucifixion, Vassula.

- Que dois-je dire ? Dois-je méditer avant ou pendant Ta Crucifixion ?

- Avant.

(Jésus m'a donné une vision de la Flagellation.)

- Quand ils M'ont eu flagellé, ils ont craché sur Moi et M'ont porté plusieurs coups violents à la Tête qui M'ont laissé étourdi. Ils M'ont donné des coups de pied à l'estomac qui M'ont coupé le souffle et fait tomber à terre, gémissant de douleur. Ils ont fait de Moi le jouet de leurs divertissements en Me donnant des coups de pied à tour de rôle. J'étais méconnaissable. Mon Corps était brisé, ainsi que l'était Mon Coeur. Ma Chair, qui était déchirée, pendait sur tout Mon Corps. L'un d'entre eux M'a ramassé et M'a traîné parce que Mes jambes ne pouvaient plus Me soutenir.

Ils M'ont ensuite revêtu d'un de leurs vêtements, ils M'ont tiré en avant et, renouvelant leurs coups, ils M'ont frappé au Visage, ils M'ont brisé le Nez 3a et M'ont torturé. J'entendais leurs injures. Ma fille, de quelle haine et de quelles moqueries résonnaient leurs voix, augmentant Ma Coupe ! Je les entendais dire : " Où sont mobilisés tes amis pendant que leur roi est avec nous ? Tous les Juifs sont-ils aussi lâches que ceux-ci ? Regardez leur roi ! "

Et ils M'ont couronné d'une Couronne tressée d'Epines, Ma fille. " Où sont tes Juifs pour te saluer ? Tu ES bien roi, n'est-ce pas ? Peux-tu imiter un roi ? RIS ! Ne pleure pas. Tu es roi, n'est-ce pas ? Alors, comporte-toi donc comme tel ".

Ils M'ont lié les Pieds avec des cordes et M'ont dit de marcher jusqu'à l'endroit où se trouvait Ma Croix. Ma fille, Je ne pouvais pas avancer puisqu'ils M'avaient lié les Pieds. Alors ils M'ont jeté à terre et traîné par les cheveux jusqu'à Ma Croix. Ma Souffrance était intolérable. Des parties de Ma Chair qui pendaient après la Flagellation ont été arrachées. Ils ont desserré les liens de Mes Pieds et M'ont donné des coups de pieds pour que Je Me relève et que Je soulève Mon fardeau sur Mes Epaules. Je ne pouvais pas voir où se trouvait Ma Croix car les Epines qui avaient pénétré Ma Tête Me remplissaient les Yeux de Sang qui coulait sur Mon Visage. Alors, ils ont soulevé Ma Croix, l'ont posée sur Mes Epaules et M'ont poussé vers la porte.

Ma fille, oh ! comme elle était lourde, la Croix que J'ai dû porter ! J'ai avancé à tâtons vers la porte, guidé par le fouet derrière Moi. J'essayais de voir Mon chemin à travers Mon Sang qui Me brûlait les Yeux. J'ai alors senti quelqu'un essuyer Mon Visage : des femmes agonisant de compassion se sont avancées pour laver Mon Visage tuméfié. Je les entendais pleurer et se lamenter, Je les ai senties. " Soyez bénies ", leur ai-Je dit, " Mon Sang lavera tous les péchés de l'humanité. Regardez, Mes filles, le temps de votre salut est arrivé ". Je Me suis redressé avec peine. Les foules s'étaient déchaînées. Je ne voyais aucun ami autour de Moi ; aucun n'était là pour Me consoler. Mon agonie semblait augmenter et Je suis tombé à terre. Craignant que J'expire avant la Crucifixion, les soldats ordonnèrent à un homme appelé Simon de porter Ma Croix. Ma fille, ce n'était pas là un geste de bonté, ni de compassion, mais pour M'épargner pour la Croix.

Arrivés sur le Mont, ils M'ont jeté sur le sol en M'arrachant Mes vêtements, Me laissant nu pour M'exposer à la vue de tous. Mes Blessures se sont rouvertes, Mon Sang coulant à terre. Les soldats M'ont présenté du vin mêlé de fiel. Je l'ai refusé, car J'avais déjà au fond de Moi l'amertume que M'avaient donnée Mes ennemis.

Ils M'ont rapidement cloué d'abord les Poignets et, après avoir permis aux Clous de Me fixer à Ma Croix, ils ont étiré Mon Corps brisé et, avec violence, ils M'ont transpercé les Pieds.

Ma fille, ô Ma fille, quelle souffrance ! Quelle agonie ! Quelle torture de Mon Ame ! Abandonné par Mes bien-aimés, renié par Pierre sur lequel Je fonderais Mon Eglise, renié par le reste de Mes amis, laissé tout seul, abandonné à Mes ennemis, J'ai pleuré car Mon Ame était remplie de douleur.

Les soldats ont dressé Ma Croix en la laissant tomber dans un trou.

De là où Je Me trouvais, J'ai contemplé la foule. Voyant à peine de Mes Yeux tuméfiés, J'ai regardé le monde. Je n'ai vu aucun ami parmi ceux qui se moquaient de Moi. Aucun n'était là pour Me consoler. " Mon Dieu ! Mon Dieu ! Pourquoi M'as-Tu abandonné ? " Abandonné par tous ceux qui M'aimaient.

Mon Regard s'est posé sur Ma Mère. Je L'ai regardée et Nos Coeurs Se sont parlé 4 : " Je Te donne Mes enfants bien-aimés pour qu'ils soient également Tes enfants. Tu seras leur Mère ".

Tout s'accomplissait ; le salut était proche. J'ai vu les Cieux s'ouvrir et chaque ange se tenait debout. Tous étaient là, silencieux. " Père, entre Tes Mains Je remets Mon Esprit ; maintenant, Je suis avec Toi ".

Moi Jésus-Christ, Je t'ai dicté le récit de Mon agonie. Porte Ma Croix, Vassula, porte-La pour Moi. Ma Croix implore la paix et l'amour. Je te montrerai le Chemin car Je t'aime, Ma fille.

 

10 novembre au 3 décembre 1986   (cahier 3) ]

 

 

4 décembre 1986

 

(Je suis encore stupéfaite et j'ai toujours de grands doutes sur ce qui m'arrive : Comment cela est-il possible ? Comment est-il possible que je ne puisse pas maîtriser ma main ? C'est comme si elle était mue par une force extérieure. J'ai des doutes parce que je suis trop terre-à-terre, et pourtant, cela m'arrive bel et bien. J'en suis profondément troublée.)

 

- Je suis là. C'est Moi Jésus. Ma fille, rappelle-toi que tu es esprit et que Moi aussi Je suis Esprit et que Je suis Saint. Je vis en toi et toi en Moi. Demeure en Moi. Moi Jésus, Je suis toujours avec toi, comprends-le. Sois dans Ma Lumière car Je suis la Lumière et à travers Moi tu reçois la connaissance, tu progresses.

- Bon. Tu m'as convaincue que c'est bien Toi. Tu as atteint Tes deux buts : que je T'aime, et que je sois convaincue que c'est bien Toi que je rencontre de cette manière. Tu m'as séduite. Je sais que je ne suis pas plus schizophrène que le reste du monde, ni plus psychotique que le psychiatre lui-même. Je sais aussi que ce ne sont pas les démons parce que je sais comment on se sent quand ils nous attaquent ; cela donne un inquiétant sentiment de tourments.

 

(C'était au début ; durant une semaine, j'avais subi des attaques de démons qui essayaient de me faire cesser d'écrire.)

 

- Je n'ai pas choisi de recevoir Tes appels puisque je restais totalement distante de Toi ; c'est Toi qui l'as voulu, mon Dieu. Je ne le regrette pas ; d'ailleurs comment le pourrais-je puisque maintenant je suis séduite !

- Enfant, Je t'ai élevée pour que tu puisses être avec Moi, Je t'ai appris à M'aimer. Es-tu contente d'être avec Moi de cette façon ?

- Oh oui !

- Je te bénis du fond de Mon Coeur.

 

6 décembre 1986   (cahier 3) ]

 

 

8 décembre 1986

 

- Puis-je être dans Ta Lumière ?

- Tu es dans Ma Lumière, Je suis Jésus ton Sauveur. Porter Ma Croix signifie porter avec toi Mes Souffrances, Ma fille.

(Jésus entend : la croix que nous portons autour du cou.)

 

10 décembre 1986   (cahier 3) ]

 

 

10 décembre 1986

 

- Ma fille, veux-tu Me suivre ? Ne t'égare pas hors du droit chemin, mène une vie sainte.

- Jésus, ne pourrais-je pas rester comme je suis 5 ?

- Ecoute-Moi, cite-Moi une seule personne de sainte foi qui n'ait jamais choisi l'Eglise ; cite-Moi une seule personne qui soit restée partagée.

- Je n'en connais aucune.

- Non. Il n'y en a jamais eu.

(Jésus attendait que je dise quelque chose.)

- Me veux-Tu entièrement à Toi ?

- Oui, Je le veux. N'aie pas peur. A quoi es-tu attachée, Ma fille ?

(Peut-être ai-je soupiré.)

- Qu'arrivera-t-il si je reste la même ?

- Reste la même et tu constateras que Je ne cesserai pas de t'appeler à Moi !

- Puis-je Te poser une question ?

- Tu peux.

- Est-ce vraiment important pour Toi que je change ?

- Oui, J'y tiens beaucoup !

- Y a-t-il une différence si je change, je veux dire, à être sainte comme Tu le dis ?

- Oui, il y a une différence. Tourne-toi vers Moi et demeure avec Moi.

- Peux-Tu, en ce moment-même, voir l'avenir ?

- Oui, Ma bien-aimée.

- Puis-je alors Te poser une question ?

- Tu peux.

- Puisque Tu vois l'avenir, je voudrais savoir quelque chose. Si Tu ne veux pas me répondre, dessine-moi simplement un coeur. A la fin, Te décevrai-je ?

- Non, tu ne Me décevras pas.

(Je me suis sentie soulagée.)

- Comment Te sentiras-Tu ?

- Moi Dieu, Je Me sentirai glorifié.

- Ah ! oui ?

- Oui. N'aie pas peur. Pourquoi as-tu peur d'être sainte ? Rappelle-toi, tu es au début de Mon appel.

- Qu'est-ce que cela signifie réellement ?

- Cela signifie que tu es encore en train d'apprendre de Moi. Je vais t'enseigner et te montrer Mes Oeuvres. Je n'en suis qu'au début de Mon appel. Plus tard, tu découvriras comment J'oeuvre. Je t'appellerai plus tard, au moment choisi, pour que tu trouves la Paix. Es-tu bien consciente de ce que Paix signifie ?

- Je n'en suis pas vraiment sûre. Paix pourrait signifier la mort, pourrait signifier l'Eglise... je ne sais pas bien.

- Je Suis la Paix. Je suis ici près de toi. Ma Main droite tenant ta main qui écrit et Ma Main gauche sur ton épaule gauche. Je suis présent et tu Me sens. Je suis ton Maître, Ma fille, marche avec Moi !

Travaille avec Moi car Je t'ai désignée pour être Ma messagère. Ne te laisse pas décourager par les hommes. Beaucoup d'entre eux ne comprennent pas, car les ténèbres pourraient leur avoir fermé le coeur, leur ôtant toute compréhension. Aie la Paix. Moi Dieu, Je t'aime à la folie. Courage, Ma fille.

 

 

11 décembre 1986

 

- Ma fille, es-tu désireuse d'être sainte ? N'aie pas peur.

(Jésus revient sur le sujet du message précédent.)

- Que signifie exactement être sainte ?

- " Etre sainte ", c'est être pure et complètement dévouée à Moi ; être sainte, c'est travailler avec amour pour Moi ; être sainte, c'est M'aimer et demeurer près de Moi ; être sainte, c'est obéir à la Loi ; être sainte, c'est être comme Je suis.

- Peut-on être sainte de coeur seulement ?

- Oui !

- Le coeur ne compte-t-il pas plus que les habits religieux ?

- Oui, c'est le coeur qui est important. Reste près de Moi 6, reste près de Moi. Tu n'es pas près de Moi comme Je le désire ! Je sens que tu t'évades.

(Jésus semblait ne pas être satisfait...)

- Je suis Saint, alors Je veux que tu sois sainte.

- Je veux vraiment être plus près de Toi !

- Es-tu vraiment sincère ? Me recherches-tu vraiment ?

- Ne m'abandonne pas !

Moi Je ne t'abandonnerai pas !

- Jamais ?

- Jamais ! Ma fille, n'aie pas peur. As-tu peur que l'habit religieux t'occasionne des souffrances ? Vas-y, dis-le !

(J'ai rassemblé tout mon courage.)

- A vrai dire, je ne tiens vraiment pas à porter l'habit religieux, je T'aime aussi comme je suis...

- Enfin, tu as eu le courage de le dire ! Ma fille ! Je suis content de toi car tu es honnête ! Moi Dieu, Je t'aime. Réalises-tu que tu aurais menti à Ma Face si tu M'avais dit le contraire ?

(J'ai senti Dieu tellement content, mais Il pouvait aussi être attristé par le résultat...)

- Je ne suis pas triste ! Ecoute-Moi, Je veux que tu sois sainte de coeur et non pas d'habit.

- Ne suis-je pas partagée si je ne porte pas l'habit religieux ?

- L'expression " être partagée " nous ramène à ce que Je viens de t'expliquer. On n'a pas besoin de porter l'habit religieux pour être saint. A quoi sert l'habit religieux quand le coeur n'est pas saint ? C'est comme du sel qui a perdu sa saveur. Je vais t'apprendre à être plus près de Moi, Je vais te rapprocher de Moi. Sens-toi aimée de Moi, n'aie pas peur de Moi. Je suis Paix. Moi Jésus, Je te guide, Je te conduis. Prie davantage et travaille avec Moi de cette manière ; augmente ta foi en Moi ; aie besoin de Moi ; sois vigilante, car le temps est proche.

 

 

13 décembre 1986

 

- Ma fille, penses-tu que Je t'ai prise au piège ? Je t'aime, bien-aimée, n'aie pas peur de Moi, tu sembles craindre que Je te prenne au piège !

(C'est vrai. J'ai utilisé le mot "piège" en parlant à mes amis !)

- Je sais. Je désirais que tu M'aimes.

- Es-Tu fâché ?

- Non, Je ne suis pas fâché.

- Puis-je Te parler franchement ?

- Oui.

- Tu voulais que je T'aime ?

- Je le voulais.

- Es-Tu arrivé à Ton but ?

- J'y suis arrivé.

- Tu m'as séduite et j'en suis ravie !

- Es-tu heureuse ainsi ?

- Je suis très heureuse ! Si seulement je pouvais être moins maladroite.

- Tu es en train d'apprendre. Mange de Moi. Sois bénie.

- Est-il possible que je Te bénisse aussi ?

- C'est possible.

- Alors, reçois mes bénédictions, Jésus-Christ !

- Je t'aime. Je t'ai ressuscitée pour que tu sois Ma messagère. J'ai désiré que tu M'aimes. Puisque tu dois être Ma messagère, Je désire que tu sois sainte puisque Je suis Saint et Je veux que tu sois désireuse de Me suivre et de travailler pour Moi. N'aie pas peur d'être sainte. Pourquoi cela te fait-il tellement peur ?

- Es-Tu fâché ?

- Non, Je ne suis pas fâché. Etre sainte c'est être pure et vivre en Moi ; être sainte c'est Me suivre en M'aimant, c'est être comme Moi Je suis. Je t'apprendrai à être sainte si tu le désires.

- Je veux faire ce que Tu veux puisque je T'aime.

- Alors Je t'enseignerai, Ma fille. Demeure près de Moi et tu apprendras. Aie confiance en Moi, aie foi en Moi. Crois-Moi quand Je te dis que Je suis heureux de t'avoir près de Moi. Tu apprendras. Va en paix et souviens-toi : sens-toi aimée de Moi.

 

14 décembre 1986   (cahier 3) ]

 

 

14 décembre 1986

 

- Je suis ton Consolateur.

- Dis-moi, Jésus, en quoi cette révélation est-elle bonne et à quoi sert-elle ?

- Elle en conduira beaucoup à Moi. Elle fera revivre Mes enfants pour qu'ils reviennent à Moi et lisent Ma Parole. Je suis votre Bon Berger qui vous appelle à Moi. Crois-Moi, Ma fille, regarde-Moi, regarde-Moi ; Je t'ai révélé Ma Face. Ne sois pas hésitante. Crois en Moi. As-tu oublié comment J'oeuvre ? N'as-tu pas entendu parler de Mes Oeuvres ? Ne laisse pas ta génération te détruire ; reste telle que tu es, Ma fille 7 ; ne les laisse pas te convaincre, maintenant que tu es réveillée et que tu demeures dans Ma Lumière. Reste près de Moi.

- Jésus, s'il Te plaît, les arrêteras-Tu s'ils essaient de faire cela 8 ?

- Je les arrêterai ; Je ne laisserai personne te détruire. Ecoutez, ceux qui ont des oreilles, soyez vigilants, car le temps est proche.

 

15 décembre 1986   (cahier 3) ]

 

 

15 décembre 1986

 

- Ma fille, toute Sagesse vient de Moi. Veux-tu la Sagesse ?

- Oui, Seigneur !

- Je vais te donner la Sagesse. Ecoute-Moi. Tu acquerras la Sagesse. Je suis le Seigneur Tout-Puissant et Je vais t'enseigner. Accroche-toi à Moi et tu apprendras. Aie foi en Moi. Réveille Mes enfants, Ma fille. Vis en Paix car chaque pas que tu fais, Moi Dieu Je le bénis. Vous serez nombreux à être comblés 9, tu feras de nombreux disciples. Va en paix.

 

 

16 décembre 1986

 

- J'ai mis un jour entier pour réaliser ce que Tu m'as offert ! Je m'étonne d'avoir pu accepter comme ça, sans réfléchir, ce que Tu m'offrais ! Je voudrais Te remercier, mon Seigneur.

- La Paix soit avec toi. Commences-tu à réaliser son importance ?

- Tout doucement, oui ! Mais je ne mérite pas une telle grâce !

- Tu devras acquérir la Sagesse ; cependant, ne te décourage pas ; Je t'enseignerai à la mériter. Tu es dans Ma Lumière et puisque tu es dans Ma Lumière, tu apprendras. Ecoute Ma Voix, essaie de Me reconnaître. Je suis Jésus-Christ et Je suis ton Maître. Par le Saint Esprit, Je t'ai enseigné à oeuvrer ; Je t'ai appris à M'aimer ; J'ai déversé sur toi Mes Oeuvres pour que tu puisses Me comprendre ; Je suis ta Force. La Force te sera donnée pour surmonter tes oppresseurs qui seront nombreux, Mon enfant 10.

(Dieu paraissait un peu triste.)

- Pourquoi ? Pourquoi ?

- Pourquoi ? Parce que beaucoup ne croient pas que J'oeuvre ainsi de cette manière. Certains ne croient pas du tout en Moi. Ma fille, Je dois t'avertir 11 ; Je te dis cela pour que tu sois préparée et vigilante envers ces gens, puisqu'ils sont sourds et aveugles, et ont fermé leur coeur. Ils voudront justifier leur cause, ils te diront que cela ne vient pas de Moi, que tout cela vient de ton esprit. Ils te nourriront de théories empoisonnées. Ils trouveront des moyens pour te montrer que tu as tort, ils te feront lire leurs théories 12 pour te prouver que tu te trompes. Alors, Je te préviens, Ma fille, ne laisse pas les hommes te décourager ; ne laisse pas ton ère te détruire.

- Seigneur, que puis-je faire, à moins que Tu me protèges de Ta Main ?

- Je serai près de toi tout le temps ; ne te sens pas abandonnée ; Je t'enseignerai à être forte et tu surmonteras tous tes oppresseurs. Je te prépare. Je te nourrirai pour que tu sois comblée. Aie Ma Paix et demeure en Moi.

Ι Χ Θ Υ Σ       Jésus-Christ

 

18 au 29 décembre 1986   (cahier 3) ]
30 décembre 1986 au 7 janvier 1987   (cahier 4) ]

 

 

8 janvier 1987

 

- La Paix soit avec toi, Vassula. C'est Moi Jésus. Vassula, viens à Moi, viens vivre au milieu de Mon Coeur.

- Tu me veux moi, Jésus ?

- Oh ! Je te veux ! Je te veux ardemment, Je veux te séduire !

- Mais je ne suis digne de rien.

- Je t'aime telle que tu es... Sois Mon épouse, Vassula.

- Comment le pourrai-je ?

- Je t'aime.

- Je ne sais pas comment être Ton épouse, Jésus !

- Je t'apprendrai à être Mon épouse, bien-aimée.

 - Porterai-je un symbole pour cela, Seigneur ?

- Je te laisserai porter Ma Croix, Ma Croix implore la Paix et l'Amour.

- Je veux Te rendre heureux, Jésus.

- Rends-Moi heureux en ne Me quittant jamais. Rends-Moi heureux en M'aimant, procure-Moi le bonheur en réveillant Mes enfants.

- J'ai besoin de Ta force pour tout cela, particulièrement pour le dernier point...

- Regarde-Moi.

(Je L'ai regardé. La force irradiait de Lui comme une auréole.)

- Je suis la Force. Je t'aiderai. Sois bénie.

- Es-Tu content de moi ? Je ne Te l'ai encore jamais demandé auparavant.

- Je suis content de toi tant que Je suis aimé de toi.

- J'aimerais Te voir Te matérialiser !

- Demande et cela te sera donné. Augmente ta foi en Moi.

 

(J'avais décidé de montrer ces écrits à un prêtre catholique. Il les a condamnés en disant que c'est l'oeuvre du démon et que je dois arrêter. Je lui ai remis un message de Jésus qui lui demandait s'il voulait porter avec moi la Croix de Paix et d'Amour. Le prêtre a maintenu que cela vient du démon. Il m'a donné à lire la prière à Saint Michel Archange (du pape Léon XIII), la prière du " Souvenez-Vous " (de Saint Bernard) et la neuvaine de confiance au Sacré Coeur. Il m'a dit de réciter ces prières les jours suivants, pour voir ce qui se passerait. J'ai obéi. Ensuite, j'ai laissé ma main libre et, quatre jours consécutifs, elle a écrit : " Moi Yahvé Je te guide ".)

- Seigneur Jésus, j'ai fait la volonté du prêtre, j'ai arrêté d'écrire et, quatre jours de suite, après les prières, ces cinq mots ont été écrits. Je T'ai empêché d'écrire pour obéir au prêtre. J'aimerais Te demander, Seigneur, pourquoi, pourquoi Tu lui as fait cette demande, puisque Tu savais ce qu'il allait répondre et combien de souffrances il m'occasionnerait ?

- Je suis avec toi, Ma fille. Je lui ai demandé cela parce que Je veux qu'il apprenne. Je veux qu'il commence à comprendre Mes Richesses. Je suis Richesse Infinie !

"Apprends que Moi Jésus-Christ, Je donne cet enseignement pour Mes enfants ; c'est Moi qui guide Vassula. Ne repousse pas Mes Bénédictions. Mon message crie avec force à la Paix et à l'Amour. Je veux que Mes enfants remplissent Mes sanctuaires, Je veux qu'ils se tournent vers Moi, Je veux qu'ils vivent en sainteté. Je viens éclairer ce monde de ténèbres. Je veux les ranimer et leur dire que Ma Parole est Vivante ! Je veux qu'ils se souviennent de Ma Parole qu'ils ont mise de côté, Je veux leur rappeler combien Je les aime, Je veux enflammer leur coeur, Je veux leur dire de s'aimer les uns les autres comme Je les aime.

Je t'aime, Mon fils. Comprends qu'en essayant d'arrêter Vassula, sans le vouloir, tu nuis à Mon Eglise. Je suis le Seigneur Jésus-Christ que tu aimes. Je sais que tu le fais de bonne foi, mais Saul l'était aussi, avant que Je vienne lui dire que ce qu'il croyait juste ne faisait que Me persécuter. Tu crois que le charisme que Moi Jésus J'ai donné à Ma fille est du démon ! Crois-Moi, Mon fils, ne te sens pas effrayé, car à nouveau Je te dis que c'est Ma Volonté que Vassula soit instruite par Moi. Elle fleurit maintenant et, plus tard, ses fruits nourriront beaucoup d'âmes égarées. Tu comprendras un jour, Mon fils. Moi Jésus-Christ, Je t'aime."

- Le prêtre, après avoir lu Ton message, m'a blâmée, en disant que cela vient du Diable et que ce ne sont que des divinations.

- Je sais. Dis-lui ceci de Ma part : " Les divinations sont pour les sots, les inspirations sont pour les enfants bénis. Les divinations ne portent pas de fruits : les inspirations portent de bons fruits qui nourrissent une multitude ".

Reprends ton courage, Ma fille. La Sagesse réveille Mes enfants. Moi Dieu, Je t'aime.

 

 

9 janvier 1987

 

(Alors que je peignais, je me suis entendue appeler par mon nom. Jésus m'appelait. J'ai jeté mes pinceaux et j'ai couru vers mon bureau. Jésus réitérait sans cesse Ses appels :)

- Vassula ! Vassula ! Vassula, Moi Jésus Je t'ai appelée. O Vassula, comme Je t'aime ! Glorifie-Moi. Sois toujours avec Moi. Chaque fois que tu M'aimes avec autant de ferveur, Je Me sens glorifié. Fais toujours Mes délices en M'entendant comme maintenant. Rappelle-toi que Je serai bientôt avec toi. Je viendrai bientôt te prendre près de Moi, bien-aimée, car Je t'aime à un degré que tu ne peux pas imaginer. Mais d'abord tu dois délivrer Mon message à toutes les nations, comme tu le fais maintenant. Ensuite, Je viendrai vite te chercher. Je t'emmènerai ici où Je suis et Je t'aurai près de Moi pour toujours. Moi Jésus-Christ, Je t'aime. Je t'ai donné cette Grâce, Vassula ; Je t'ai bénie ; Je ne reprends jamais ce que Je donne.

Ma fille, veux-tu renouveler Mon Eglise ?

- O Jésus, Tu me demandes quelque chose que je suis incapable de faire pour Toi !

- Aie confiance en Moi !

- Je m'accrocherai à Toi et je dépendrai entièrement de Toi, Tu es mon Maître.

- Glorifie-Moi. Je te guiderai.

10 au 19 janvier 1987   (cahier 4) ]

 

 

21 janvier 1987

 

(Ce prêtre m'a occasionné beaucoup de souffrances. Comme Dieu me l'avait prédit le 16 décembre 1986, il m'a envoyé des feuillets avec toutes sortes de théories, pour me prouver que c’était diabolique. Il m’a également envoyé, comme Dieu l'avait prédit, une théorie sur le subconscient, et l'occultisme et le satanisme, ainsi qu’une lettre me disant de détruire les écrits et d'avertir les gens, pour mon bien et pour celui des autres, que cela était entièrement du démon. Je lui ai dit que j’avais obéi à son désir en priant ces trois prières, et que, pour voir ce qui arriverait,  je n’ai pas écrit. Mais je ne pense pas qu'il m'ait cru, car il est allé dire à l'autre prêtre (celui qui croit que les écrits viennent de Dieu et qui me soutient) que ces écrits sont sataniques, et que je n'ai même pas lu les trois prières qu’il m’avait demandé de lire ! Il a alarmé beaucoup d’autres prêtres, si bien que celui qui me soutient m’a demandé de lui prêter les deux derniers cahiers pour les lire. Le lendemain, s'étant fait sa propre opinion, il m'a dit de continuer à écrire. Pourtant je connais bien celui qui croit que cela vient du démon, je sais que s’il agit ainsi, c’est par amour de l'Église, pour protéger l'Église ; je souhaite seulement qu’il y voie plus clair. Il veut également me sauver, parce qu’il croit que c’est démoniaque. J'espère qu'un jour il comprendra. (Je prie la Sainte Vierge :) Quelle erreur ai-je faite ?

(La Sainte Vierge :)

Ô Ma fille, combien Je souffre pour toi !

Est-ce que je fais erreur en désirant que les autres aiment Dieu et en leur montrant ce message ?

(La Sainte Vierge :)

Non, tu ne fais rien de faux ; Je suis Marie, Mère des Douleurs ; Vassula, Je suis près de toi, toujours ; sois avec Nous, viens à Nous pour être consolée ; ils ne comprennent pas Nos Richesses ; ils ont fermé leur cœur pour toujours ; tu es l'un des nombreux signes que Nous leur avons donnés, mais ils ne semblent pas comprendre ; Dieu t'a encouragée à entendre Son appel ;
Vassula, chaque fois que tu amènes une âme près de Dieu, Dieu est content de toi ; Mon Fils Jésus et Moi sommes toujours à ton côté ; prends garde car le démon est furieux contre toi, le démon essaie de te décourager ; leur façon de te combattre, c’est d’ajouter des mots erronés pour te tromper ; souviens-toi toujours de cela et ne l'oublie jamais ; c'est leur arme contre toi ; Je suis près de toi, te protégeant.

Serais-je capable de reconnaître le démon ?

Je te le dirai toujours ; aie confiance en Moi ; Jésus t'a exercé à le reconnaître.

Pourquoi suis-je attaquée ?

Je vais te l'expliquer, Mon enfant ; comprends que tu es en train d’être exposée dans l'Hadès  13, bien-aimée ; ton amour pour Dieu guérit beaucoup d'âmes égarées  14 ; c'est pourquoi tu es attaquée ; Je suis près de toi, te protégeant ; Je t'ai dit cela maintenant afin que tu comprennes pourquoi tu reçois le mot erroné ; tu les guéris par l'amour que tu as pour Jésus et pour ton Père Saint.

Je travaille de cette façon, moi aussi ?

Oui, tu les guéris par ton amour ; ne laisse pas les hommes t’influencer en te soumettant leurs théories ; chaque fois qu'on te dit d'arrêter d'écrire, rappelle-toi combien tu étais ignorante et vivant dans l’obscurité ; beaucoup de Nos enfants ne reconnaissent plus Nos Signes ; Dieu t'a choisie pour être Sa messagère ; fais-Lui plaisir en L'écoutant.

Merci, Sainte Marie, que Dieu Te bénisse.

La paix soit avec toi.

Jésus ?

Je suis  15 ; Vassula, Je t'aime à un degré que tu es incapable de saisir ; Vassula, comme Je souffre de voir Mes enfants si arides ; comment peuvent-ils oublier l'amour que J'ai pour eux ? J'ai donné Ma Vie pour eux ; bien-aimée, sois près de Moi et ressens-Moi ; Je viendrai au temps fixé te délivrer, mais d'abord tu as une tâche à accomplir ;
Moi, Dieu, J'ai déjà révélé la Sagesse pour bénir toute l'humanité ; ô Ma fille, un jour tu comprendras pleinement comment J’œuvre ; n'aie pas peur car Moi, Dieu, Je t'aime.

(Plus tard)

Ma fille, c'est Moi Jésus ; Je veux que chaque fois, avant d'écrire avec Moi, tu lises les trois prières, car elles éloignent le démon ; crois-Moi, ce sont des prières puissantes ; es-tu toujours d’accord de travailler pour Moi ?

Jésus, si je dis non, que feras-Tu ?

Tu es libre de choisir, n'aie pas peur, Je ne retirerai pas le charisme que Je t'ai donné ; Je te rencontrerai toujours pour te dire combien Je t'aime.

Non, Jésus, j'ai déjà dit que j'étais d’accord de travailler pour Toi ; pourquoi reprendrais-je ma parole, Tu Te souviens ?

Je suis content de ta réponse, Ma fille ; reste près de Moi et Je te guiderai.

Jésus T'ai-je jamais blessé ?

Oui, tu M’as blessé ; J'ai été blessé lorsque tu avais oublié comment Je suis venu te sauver des ténèbres, mais Je t'ai pardonné ; Je sais combien tu M'aimes ; Je suis ton Époux, ne l'oublie pas ; n'oublie pas non plus qu'étant Mon épouse, nous partageons tout ; Vassula, Je porte Ma Croix de Paix et d'Amour sur Mes épaules fatiguées ; prends-la, bien-aimée, pour un moment ; Je vais la placer sur tes épaules, Me libérant de Mon fardeau ; Je te veux près de Moi afin que Je puisse décharger Ma Croix sur toi ; Je te veux près de Moi parce que Je sais que tu comprends combien Je souffre ; quand tu sentiras Ma Croix, tu souffriras également ; Je suis ton Époux et Je partagerai aussi Mes Souffrances avec toi ; Je Me sentirai reposé chaque fois que tu Me libéreras de Mon fardeau ; avant que tu M'aies accepté, J'étais tout le temps près de toi, veillant sur chaque mouvement que tu faisais, bien-aimée ; Je t'ai appelée tant de fois, mais tu étais inconsciente de Ma Présence ; maintenant, tu M'as enfin entendu et tu es venue à Moi ; pourquoi alors doutes-tu ?

(J’étais prise de doutes après ma rencontre avec le prêtre.)

Chaque fois que tu es faible, que tu doutes, rappelle-toi ce que Je viens de te dire ; porte Ma Croix de Paix et d'Amour et ne Me quitte pas ; viens prier avec Moi.

(Jésus a prié avec moi. Il regardait vers le Ciel pendant qu'Il priait.)

Jésus, Tu sais combien je T'aime. Je vais T'aider à porter Ta Croix pour Te décharger. Nous pouvons La partager.

Ma fille, combien ai-Je toujours désiré t'entendre Me dire cela ; viens, bien-aimée, continuer notre chemin.

(Jésus était si content. Heureux.)

 

 

 

22 janvier 1987

 

(J’ai entendu mon nom. Jésus m’appelait sans arrêt. J’étais en train de peindre. J'ai jeté mes pinceaux en l’air, me suis levée d’un bond et j'ai couru vers le bureau.)

Vassula, Vassula, Vassula ; Moi, Jésus, Je t'ai appelée ; ô Vassula, comme Je t'aime ; glorifie-Moi ; sois toujours avec Moi ; chaque fois que tu M'aimes avec une telle ferveur, Je Me sens glorifié ; délecte-Moi toujours en M'écoutant comme maintenant ; rappelle-toi que Je suis bientôt avec toi ; Je m’apprête à te prendre bientôt près de Moi, bien-aimée, parce que Je t'aime à un degré que tu ne pourras jamais imaginer, mais d'abord tu dois délivrer Mon message à toutes les nations, comme tu le fais maintenant, puis Je viendrai bientôt te chercher ; Je t'emmènerai ici où Je suis et Je t'aurai près de Moi pour toujours ; Moi Jésus Christ, Je t'aime ; Je t'ai donné cette Grâce, Vassula, Je t'ai bénie ; Je n’enlèverai jamais ce que Je donne ;
Ma fille, veux-tu raviver Mon Église ?

Oh, Jésus, Tu me demandes quelque chose que je suis incapable de faire pour Toi !

Aie confiance en Moi !
Je m'agripperai à Toi, et je dépendrai entièrement de Toi ; Tu es mon Maître.

Glorifie-Moi, Je te conduirai.

 

 

23 janvier 1987

 

- O Vassula, comme Je t'aime ! Viens à Moi. Je suis ton Père Eternel. Sens l'Amour que J'ai pour Mes enfants ! Je t'ai amenée à M'aimer ; c'est Moi qui t'ai montré le Chemin. Je suis un Dieu d'Amour, Je suis un Dieu de Paix, Je suis un Dieu de Miséricorde, Je suis Doux, Je suis le Bon Berger, Je suis un Père de Pardon. Comment pourrais-Je vous voir perdus sans venir à votre secours ? Je compte chacun de vous. Le Bon Berger donne Sa Vie pour Ses brebis. Je suis un abîme de Pardon. Je ne vous abandonnerai jamais.

 

(Plus tard.)

- Qu'arriverait-il, Jésus, si j'arrêtais d'écrire ?

- Vassula, même si tu arrêtais, Je suis toujours avec toi pour te guider. Je t'ai donné ce charisme de Me rencontrer de cette façon et t'enseigner. Je t'ai demandé si tu voulais travailler pour Moi et ta réponse M'a fait plaisir. Vassula, J'aime quand tu hésites. Tu commences à apprendre à réfléchir avant de te décider. Je suis ton Maître. Accepte Mon enseignement. Je te guide à demeurer consciente du Démon qui cherche la ruine des âmes en les nourrissant de sa vanité. Je t'enseigne à comprendre combien le Démon peut être perfide. Je t'enseignerai à accepter ; Je t'enseignerai à être humble, honnête avec toi-même et à M'être fidèle. Je te nourrirai d'humilité. Je te rappelle que Je ne te favorise pas par rapport aux autres. Mon Enseignement doit te faire progresser et purifier ton âme. Ne crois pas un seul instant que Je t'ai donné ce charisme parce que Je t'aime plus que le reste de Mes enfants. Je t'ai donné cette Grâce pour te nourrir et en nourrir d'autres qui en ont un besoin désespéré. Je suis le Seigneur Jésus-Christ, le Bon Berger qui veille sur Son troupeau. Je viens vous montrer le chemin du retour ; Je viens briller sur vous et vous donner l'espérance.

Vassula, c'est vrai, Je t'ai évaluée avant que tu sois née. Je t'ai choisie pour être Ma messagère, révélant Mon message à toute l'humanité. Hésites-tu parce qu'auparavant Je t'ai demandé d'être Mon épouse ?

- Oui, Seigneur...

- Tu as déjà accepté, te souviens-tu ?

- Je sais, Jésus. Mais, après réflexion, je ne peux pas, non que je ne veuille pas, mais parce que je ne suis pas digne d'être Ton épouse. Comment, comment ai-je pu ainsi accepter cela sans en réaliser la portée ?

- Vassula, Je peux t'enseigner à devenir digne de Moi.

- Même si je suis digne, ce n'est pas suffisant.

- Pourquoi ?

- Parce qu'il ne suffit pas d'être digne, il faut beaucoup plus que cela.

- Je sais qu'être digne n'est pas suffisant, mais Je vais t'enseigner à être digne et sainte. Tu devras travailler pour l'acquérir. Viens, Je vais t'aider. Tu dois demeurer Mon épouse, une épouse qui a besoin d'être formée. Je t'ai acceptée telle que tu es parce que Je t'aime, mais tu dois Me laisser te former comme Je veux que tu sois. Je te nourrirai pour que tu grandisses. En te fournissant quantité d'informations, Je t'ai révélé comment travaille le Démon. Je veux que tu restes éveillée pour les lire attentivement. Apprends à accepter. Chaque fois que Je te verrai faible, près de tomber dans des pièges, J'accourrai à ton secours. Ne prends pas Mes Enseignements comme une pénitence. Je te guide pour que tu ne tombes pas. Je ne veux pas te perdre. Invoque-Moi dans tes prières, prie davantage.

 

 

24 janvier 1987

 

- Vassula ! Vassula ! Petite, bien-aimée de Mon Sacré Coeur, n'aie pas peur : Je t'aime. Ma fille, étais-tu capable de M'aimer par toi-même ?

- Non, Jésus.

- Tu as appris à M'aimer parce que Je t'ai approchée en t'éclairant ; Je t'ai convertie en te réveillant. Vassula, sais-tu pourquoi Je t'aime ?

- Non, je ne sais pas, Jésus.

- Alors, Je vais te le dire : Je t'aime parce que tu es abandonnée, misérable et coupable. Les enfants sont Ma faiblesse ; Je les aime parce qu'ils Me laissent les former. Vassula, viens demeurer dans Mon Sacré Coeur, dans les profondeurs duquel tu trouveras la Paix et tu sentiras l'Amour ardent que J'ai pour vous tous. Tu pourras leur dire Mon Amour pour eux.

Vois-tu, chaque jour qui passe, tu te rapproches de Moi !

 

25 au 30 janvier 1987  (cahier 4) ]

 

 

VOIR CAHIER SUIVANT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 1. Jésus parle symboliquement.

 2. A l'église.

 3. Prédiction qui s'est réalisée : six semaines plus tard, je pouvais entendre Sa Voix.

 3a. Il s'agit du cartilage.

 4. Jésus veut dire qu'Ils Se sont compris sans prononcer de paroles, mais par Leurs Coeurs.

 5. Menant une vie mondaine tout en essayant d'être disciple.

 6. Jésus m'a dit " reste près de Moi " parce que je me déconcentrais, me laissant distraire.

 7. Facile à convaincre et qui croit à n'importe quoi ; une personne naïve.

 8. Me persécuter en rejetant cette révélation.

 9. Cette révélation fera d'innombrables disciples du Christ.

 10. Cela m'a fait peur parce que le ton de Jésus est devenu soudain grave et triste.

 11. Dieu parlait d'un ton paternel et intime.

 12. Prédiction qui s'est réalisée.

  13. L'«Hadès» est le Purgatoire. (Mon âme est ‘exposée’ dans le purgatoire. En aimant Dieu, les âmes peuvent être libérées du purgatoire. Les prières libèrent aussi les âmes du purgatoire.)

  14. «égarées» s'entend pour les âmes qui sont encore sur terre.

  15. En anglais «I am»; présente ici un double sens: d'une part, «Je suis» est le nom que Dieu Se donne Lui-même (Ex 3.14; Jn 8.24; 28; 58); d'autre part, c'est une réponse directe à Vassula, «I am» signifiant alors également ici «oui, Je suis là» (ndt).